Bien débuter une formation avec la pyramide de Maslow

En début de formation, le formateur est attentif à son impact auprès des apprenants. Il en oublie que ses stagiaires ont des préoccupations autres que pédagogiques. La pyramide de Maslow est un outil de décryptage du comportement, à partir du classement des besoins humains.

Cet outil est particulièrement utile dans le contexte de la communication en général.

Par exemple, une publicité pour une automobile à bas prix répondra au besoin de sécurité, alors qu’une publicité pour une automobile de standing répondra aux besoins de reconnaissance par autrui, ou encore de réalisation personnelle.

Dans un contexte de communication interpersonnelle, il peut être utile de se souvenir de cette pyramide pour mieux comprendre les réactions de notre interlocuteur, lesquelles dépendront du niveau de besoin auquel il se situe à un instant précis.

Comment fonctionne le classement des besoins?

Dans les années 1940, le psychologue Abraham Maslow a élaboré une théorie de la motivation basée sur l’observation des besoins humains.

La pyramide n’est qu’une représentation adaptée de la hiérarchie des cinq besoins principaux, qui sont, du niveau inférieur de la pyramide jusqu’à son sommet :

  1. Les besoins physiologiques (boire, manger, dormir, se reproduire, etc.).
  2. Les besoins de sécurité (disposer d’un toit, d’un travail, d’argent, etc.).
  3. Les besoins d’appartenance à un groupe, ou affectifs (fonder une famille, s’inscrire dans un club, etc).
  4. Les besoins de reconnaissance par autrui (être apprécié, estimé, par les autres pour ce qu’on est ou ce qu’on fait).
  5. Les besoins de réalisation personnelle (éprouver une profonde satisfaction à se consacrer à une activité ou à un art de façon désintéressée).

Selon Maslow, nous ne pouvons passer à un niveau supérieur de besoin avant d’avoir assouvi les besoins inférieurs de cette hiérarchie.

L’observation doit être réalisée de manière dynamique, car nous naviguons dans les différentes strates de la pyramide au gré des évènements de notre journée.

Néanmoins, notre situation sociale habituelle peut correspondre à un état de besoin stable. Par exemple, une personne qui vit habituellement dans la rue sera prioritairement préoccupée par ses besoins physiologiques, une personne au chômage mais qui dispose d’un toit recherchera la sécurité, une personne qui fonde une famille et débute un nouvel emploi se situera au niveau de l’appartenance à un groupe, etc.

En quoi la hiérarchie des motivations s’applique-t-elle à une situation pédagogique?

Lorsqu’un intervenant s’adresse à un groupe de stagiaires au début d’une formation, il sera bien avisé d’articuler son discours en fonction de l’attente de son public, et non au gré de ses envies propres, ni même en fonction d’un plan fonctionnel préétabli.

  • A l’entrée en formation, les stagiaires ont besoin avant toute autre chose d’être rassurés sur les modalités de satisfaction de leurs besoins physiologiques. Il sera donc essentiel de leur expliquer l’architecture des lieux, avec la localisation des toilettes, de la cafeteria, de la salle de repos, les modalités d’hébergement si le cas se présente, mais également les règles d’utilisation des différents équipements (usage du parking, pôle fumeur, horaires des pauses, etc.).
  • Ces informations pratiques étant communiquées, le formateur veillera à satisfaire le besoin de sécurité de ses stagiaires. Il indiquera les horaires de stage, en les écrivant au tableau, et vérifiera si l’un ou l’autre membre du groupe a une contrainte particulière (rendez-vous chez le dentiste, enfants à récupérer à l’école, etc.) qui ne lui permettrait pas de respecter ces horaires. Ensuite, l’intervenant précisera le planning et le contenu du stage, ainsi que les conditions des éventuels examens. La question souvent épineuse des frais sera également abordée à ce stade.

Il faut être conscient que, tant que les préoccupations personnelles liées au fonctionnement individuel de chacun n’auront pas été traitées, les stagiaires ne seront pas réceptifs aux autres de façon générale, et encore moins aux contenus pédagogiques.

  • La phase d’inter-connaissance pourra maintenant être abordée. Le formateur se présentera en premier, afin de donner un exemple de trame et de style, puis demandera aux stagiaires de le faire, sans utiliser un tour de table formel, ceci afin de respecter le niveau de spontanéité ou au contraire de réserve de chacun. L’intervenant aura précisé l’importance de ces présentations, d’une part pour qu’il ait une perception du groupe, d’autre part, pour que les participants puissent se connaitre entre eux, pour former par la suite un groupe.
  • Le contenu pédagogique va enfin pouvoir être abordé. La pratique de l’interactivité par le formateur va permettre le développement de la reconnaissance par autrui. Les stagiaires vont pouvoir être appréciés pour la pertinence de leur participation, par le formateur lui-même, mais aussi par les autres membres du groupe.
  • Enfin, au fil de la formation, on pourra concevoir que certains participants puissent développer un véritable plaisir à s’instruire et à comprendre des mécanismes, et on approchera alors le stade de la réalisation personnelle.

Tous droits réservés Dominique Dancoisne. Demandez l’autorisation de l’auteur avant toute reproduction sur Internet ou dans la presse traditionnelle.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.