Jeu XY : décidez et gagnez autant que vous pouvez

Le jeu XY : décidez et gagnez autant que vous pouvez constitue un exercice bien connu (*) des formateurs en communication, en management, ou en gestion des conflits. Il s’utilise de préférence avant que les relations dans le groupe ne soient établies, et sert à mettre en relief des processus liés à la communication, au leadership, à la résolution de problèmes. Règle du jeu XY : 20 minutes, 10 étapes, gagner ou perdre des euros selon un tableau de distribution Le groupe de stagiaires (entre 12 et 16 personnes) doit se diviser en quatre équipes à peu près égales en nombre de participants. Le jeu dure 20 minutes au total, et comporte dix étapes, de une et quatre minutes chacune. Le débriefing final réclamera environ dix minutes. Chaque équipe détient une seule page A4 avec les 2 tableaux, et deux feuilles de papier format A4, l’une sur laquelle figure une grande lettre « X »,… La suite ici 😉

Efficacité des sous-groupes pédagogiques

Travailler en sous-groupes dans le cadre d’une formation réclame organisation et temps disponible. Alors qu’un groupe dit « restreint » se compose de 7 à 16 membres, les limites d’un sous-groupe vont de trois à six stagiaires. Cette démultiplication réclame une gestion plus rigoureuse de la part du formateur. Pourquoi utiliser une organisation en sous-groupes ? Plusieurs motifs peuvent conduire le formateur à utiliser cette organisation : – Développer l’autonomie et la participation des stagiaires : un participant timide sera sollicité par les autres membres du sous-groupe. – Amener chaque sous-groupe à fournir un résultat concret. – Favoriser l’esprit d’équipe en organisant un travail coopératif, pour lequel les réponses complémentaires de chaque sous-groupe permettront d’atteindre un résultat global final. – A l’inverse, instaurer un climat de compétition entre les sous-groupes, en situant le travail à fournir dans un contexte de challenge. Cette situation est fréquente dans le domaine sportif, mais peut être nécessaire… La suite ici 😉

Identité, énergie, but commun : bases du groupe en formation

Le groupe est un accélérateur d’apprentissage, et repose sur trois composantes de base : identité, énergie, but commun. Le formateur a la responsabilité de favoriser la mise en oeuvre de ce socle, en considérant d’emblée que le groupe qui est devant lui a la faculté d’y parvenir. Les groupes dits « restreints » se composent de 7 à 16 membres, condition de base pour permettre que chaque stagiaire puisse connaitre tous les membres du groupe et établir éventuellement une relation personnelle avec chacun d’entre eux. Trois paramètres permanents sont indispensables à l’existence du groupe restreint. -1- L’identité groupale débute par des présentations individuelles soignées Un groupe restreint se compose, en début de formation, de différents individus qui vont apprendre à se connaitre, notamment au cours de la phase d’ouverture de stage, et établir des relations entre eux, dans le contexte de l’apprentissage, ou lors des pauses. Tout groupe possède une composition bien… La suite ici 😉

Trois fonctions du formateur : production, facilitation, régulation

Une fois initiées les trois composantes du groupe restreint, le formateur doit gérer ses stagiaires au moyen de trois fonctions principales : production, facilitation, régulation, qui constituent l’ABC de tout intervenant. Savoir à quelle fonction se rattache telle ou telle action du formateur n’est pas important en soi, à l’instar d’un individu qui serait en mesure d’énoncer des phrases sans éprouver la nécessité d’en décortiquer l’orthographe. Mais tout intervenant doit sciemment -et non inconsciemment- utiliser les outils de gestion du groupe, afin que sa pratique pédagogique soit efficace.   La fonction de production du formateur ou l’aptitude à faire participer les stagiaires Contrairement à ce qu’on pourrait en supposer, il ne s’agit pas de la production verbale du formateur, mais de celle des stagiaires, lesquels seront sollicités par le truchement de l’interactivité. Les actions du formateur qui participent à cette fonction de production sont principalement les suivantes : Poser des… La suite ici 😉

Triangle de Karpman en gestion de groupe

Pour gérer les difficultés relationnelles à l’intérieur d’un groupe d’adultes en formation ou en réunion, il est utile de se souvenir du triangle de Karpman avant d’user d’autres techniques de régulation de groupe. Trois principes sont à retenir absolument. -1- Premier principe : on ne régule un participant difficile que s’il gêne le groupe. Par exemple, un stagiaire qui réalise des petits dessins sur sa feuille ne gêne pas les autres participants. En revanche, son attitude est susceptible de déranger le formateur. Il faut néanmoins se souvenir qu’un stagiaire qui semble occupé à une tâche quelconque peut très bien écouter l’intervenant de manière active. A l’inverse, les résurgences de la petite école amènent les stagiaires à regarder fixement le formateur, comme preuve incontestable d’écoute. En réalité, ils peuvent penser à toute autre chose : à un rendez-vous chez le dentiste, à un enfant souffrant, à leur pelouse qui attend d’être… La suite ici 😉

Comment gérer les objections en formation avec la PNL

Gérer l’objection d’un stagiaire ne consiste pas à y apporter une solution concrète, mais à demeurer en « prise de recul » face à l’attaque verbale qu’elle constitue pour le formateur qui la reçoit. Dans un premier temps, il s’agira de distinguer une objection d’une simple remarque, puis de comprendre l’un des principes qui sous-tend la PNL, et enfin d’utiliser la technique verbale adaptée. L’objection est différente de la remarque Une objection est une opposition verbale, non argumentée, à une proposition ou à une affirmation qui provient d’autrui. Exemple : « C’est trop difficile« . Pour la distinguer de la simple remarque, il faut doublement observer : -1- S’il existe une forme d’agressivité dans le commentaire, qui peut se traduire par une tension corporelle, une tonalité de voix plus sèche ou plus courroucée, ou à l’inverse une grande froideur, -2- Et si le commentaire fait l’objet ou non d’un complément d’information. Ainsi, un stagiaire… La suite ici 😉

Bien débuter une formation avec la pyramide de Maslow

En début de formation, le formateur est attentif à son impact auprès des apprenants. Il en oublie que ses stagiaires ont des préoccupations autres que pédagogiques. La pyramide de Maslow est un outil de décryptage du comportement, à partir du classement des besoins humains. Cet outil est particulièrement utile dans le contexte de la communication en général. Par exemple, une publicité pour une automobile à bas prix répondra au besoin de sécurité, alors qu’une publicité pour une automobile de standing répondra aux besoins de reconnaissance par autrui, ou encore de réalisation personnelle. Dans un contexte de communication interpersonnelle, il peut être utile de se souvenir de cette pyramide pour mieux comprendre les réactions de notre interlocuteur, lesquelles dépendront du niveau de besoin auquel il se situe à un instant précis.

L’animateur face aux typologies difficiles de participants

Comment gérer les typologies difficiles de participants dans un groupe ? Il faut se souvenir que les éléments atypiques ne représentent que 5% du système qui les englobe, et qu’un besoin de reconnaissance exacerbé peut être à l’origine de conflits de communication en stage. Qu’il s’agisse d’une réunion ou d’un stage de formation pour adultes, l’animateur peut parfois être confronté à des participants difficiles. Il est important qu’il puisse les identifier rapidement, de manière à ne pas se laisser piéger par une démarche comportementale sclérosante.

Comment gérer les personnes difficiles en groupe

Dans un article précédent, nous avons vu les techniques qui permettent de reconnaître et de diminuer l’impact de trois typologies qui recherchent, chacune à partir d’un axe différent, la reconnaissance de l’animateur de réunion ou de formation, en s’opposant à celui-ci : Le « spécialiste », axé sur le savoir que maîtrise l’animateur, Le « contre-leader », focalisé sur le pouvoir que possède l’animateur, Le « contradicteur », détracteur du système et de l’organisation, tous deux représentés par l’animateur. Nous allons maintenant évoquer sept autres typologies spécifiques, cependant moins évidentes à « gérer » par l’animateur, dans le sens où elles sont bien plus susceptibles que les trois premières de provoquer des réactions de la part du groupe.  

Gérer les blocages et les conflits en formation

  Que faire si le groupe entier entame des blocages, et refuse de poursuivre l’activité pédagogique proposée ? Les blocages en formation ne proviennent pas uniquement des personnalités respectives des participants. La plupart des situations difficiles sont liées à une crainte profonde de certains participants, qui se traduit par un « refus d’obstacle », à savoir un blocage. La solution passe par la responsabilisation des stagiaires.